Réfrigérateurs Congélateurs : Tests et Comparatifs

Nous avons testé treize réfrigérateurs avec congélateur en bas, les « combinés », et dix réfrigérateurs avec congélateur en haut, les doubles portes. Cinq réfrigérateurs complètent notre sélection. Les prix vont de 312 € à 1379 €.

Les réfrigérateurs simples à intégrer sont assez coûteux, mais cela se justifie. Ils doivent, en effet, être particulièrement performants, afin d’évacuer la chaleur lorsqu’ils sont encastrés dans une cuisine.

 

 

Difficile de se fier à l’étiquette

Les résultats de nos tests sur ces combis sont assez contrastés. De manière générale, les meilleurs modèles ne manquent pas sur le marché. La plupart de ceux que nous avons testés méritent une bonne appréciation. Le problème serait plutôt d’éviter les références décevantes, d’autant que, pour s’orienter en magasin, le prix n’est pas forcement le meilleur élément. Ainsi, le Liebherr CUPesf, avant dernier des combinés, coute près de 1000 €, alors que le troisième dans cette catégorie vaut moins de 600 €. Juger sur pièce au rayon électroménager blanc est impossible. Même les étiquettes ne sont pas fiables. C’est vrai de l’étiquetage énergétique, mais également des caractéristiques de base. Nos essais mettent en évidence des écarts considérables entre la capacité de congélation annoncée par les fabricants et la capacité réelle, qui peut être très inferieure ou … supérieure !

 

Stabilité de la température

Pour évaluer cette fonction de base en conservation, nous avons placé chaque réfrigérateur dans une pièce à 25°C, puis nous avons suivi les préconisations du fabricant. La température est censée descendre en dessous de 5°C. Tous y arrivent. Certains parfaitement, avec une température intérieure homogène. D’autres peinent un peu. Il s’agit des modèles Liebherr CUPesf, Fagor, Hoover, Indesit et Bluesky. Nous avons ensuite mesuré la capacité des réfrigérateurs à maintenir une température de 3°C, requise pour la conservation de nombreux aliments (viande, mayonnaise, préparation à base de crème …). Les résultats sont tout a fait rassurants, à quelques exceptions près. Les performances de l’Electrolux et du Liebherr CUPesf sont bonnes dans une pièce à 10°C, mais insuffisante à une température ambiante de 32°C. Quelques appareils, au contraire, voient leurs performances se dégrader nettement quand la température descend (LG, Bosch …). Ce n’est pas une surprise pour les experts, car un réfrigérateur ‘a pas la tâche plus facile dans une pièce fraîche. Le cycle de compression et de décompression de fluide qui fabrique le froid peut être perturbé quand les températures internes et externes deviennent proches. Enfin, le Sauter intégrable ne brille guère en stabilité de température. Dans cette classe, le Bosch et le Miele sont en revanche excellents.

Congélateur

L’évaluation avec les réglages des fabricants donne de très bons résultats, notamment dans le haut du classement. Deux appareils seulement déçoivent, le Samsung RL34HGSW et surtout le Fagor FJ462BL ; Le but était de descendre à -18°C, température de congélation des aliments. Or, dans une pièce à 25°C, en suivant scrupuleusement les préconisations du fabricant, on mesure à l’intérieur du Fagor une température maximale de -13.4°C. Ce qui contribue largement à reléguer cet appareil à la dernière place de sa catégorie. Pour la stabilité de la température à -18°C, c’est un peu le même constat que pour les réfrigérateurs. Les résultats sont globalement excellents par une température ambiante de 32°C, mais ils se dégradent parfois ( Hotpoint BMBL1821, Fagor et surtout Indesit PTAA3V) à une température ambiante de 10°C.

Capacité de refroidissement

Il s’agissait de vérifier comment chaque appareil, déjà bien rempli, allait refroidir de nouveaux aliments (représentés par des blocs de liquide similaires à ceux utilisés pour rafraîchir les glacières). C’est assez contrasté. Seul l’Essentiel B ERCV322b se montre insuffisant, mais plusieurs modèles sont moyens. C’est notamment le cas du Brandt DN32600A, par ailleurs bien noté, puisqu’il est deuxième du classement des doubles portes.

Capacité de congélation

Nous avons mesuré la capacité utile réelle, en tenant compte de la place disponible en présence de tous les accessoires du congélateur. Puis nous l’avons comparée a celle annoncée par les fabricants. Rien à signaler chez nos meilleurs choix. Le Brandt CEN28701 promet 12 kg/24 h, ils y sont. Le Miele affiche 14 kg, nos essais lui en accordent 15. Le Samsung RL34ECSW et le Whirpool WBC3548 avancent respectivement 10 kg et 12 kg, nous en trouvons 14 et 19.5. Ensuite, ça se gâte. 4.5 Chez Gorenje ? Nous en mesurons seulement 1. Y a-t-il bien 9 kg chez Hoover ? Impossible d’en dénicher plus de 2. Et pas plus de 0.5 kg là où Fagor en revendique 3.

Autonomie

Il s’agit de voir combien de temps met le congélateur privé d’alimentation pour descendre de -18°C à -9°C. Autrement dit, comment réagira-t-il e cas de coupure de courant ? Les résultats fluctuent de 40h39 (Bosch KDV33X15) à 16h14 (Essentiel B). Les modèles doubles portes ont e moyenne d’avantage d’autonomie.

Décongélation et dégivrage

La décongélation est un critère important car un appareil pris par me givre consomme nettement plus. Nous avons tenu compte de la facilité de décongélation et d’évacuation de l’eau. Les appareils dotés d’une fonction de décongélation automatique type froid ventilé ou No Frost (Miele, Samsung, Brandt …) sont logiquement avantagés.

Consommation électrique

Le réfrigérateur-congélateur est de loin le plus gourmands des appareils domestiques. Il représente près de la moitié de la facture annuelle d’électricité d’un ménage, hors chauffage. Nous avons ramené la consommation au volume, par équité envers les gros appareils. Nos appréciations sont donc distinctes des labels officiels, d’ailleurs en pleine évolution. Il était temps : tous nos modèles sont classés « A », malgré des variations importantes. BlueSky écope d’une note rédhibitoire. Un défaut parmi d’autres, puisqu’il est dernier du classement des doubles portes. Mais c’est aussi le cas du combiné Samsung, troisième de sa catégorie. Le Brandt DN32600A, deuxième des doubles portes, se révèle médiocre.

Facilité d’emploi et bruit

Tous les appareils se montrent silencieux et vibrent peu, rien à signaler de ce coté. En revanche, la facilité d’emploi (réglages, accessibilité, chargement, nettoyage …) pourrait souvent être améliorée, en particulier en catégorie double-porte.

Vous pouvez laisser un commentaire.

Laisser un commentaire